Compte rendu de la réunion du 1er octobre 2020

Cette première video réunion a permis de poser plus clairement les bases de notre démarche qui peuvent se résumer en cinq points :

1. Sur la nature du parti : la création du parti politique Demain La Décroissance n’a pas pour objectif de nous faire entrer dans l’arène politicienne oligocratique, mais uniquement de nous permettre d’utiliser le dispositif de visibilité médiatique que procure la participation aux élections. De ce point de vue, nous nous plaçons en posture de lanceur d’alerte et non pas de candidat à l’accession au pouvoir.

2. Sur la nature du/des candidat(e)s : Le programme prédomine sur le candidat, ce qui pourrait (pourra) donner le slogan suivant : “Le candidat c’est le programme !” De ce point de vue notre démarche tranche radicalement avec toutes les autres par le caractère de mandat impératif donné au candidat du parti. Rappelons que le mandat impératif, qui constitue l’un des fondements de la démocratie directe, est précisément interdit par l’article 27 de la constitution actuelle ce qui explique que tous les programmes des candidats oligocratiques ne sont que des chiffons de papier (comme dirait Bonaparte) ne servant qu’à des fins ponctuelles de marketing électoral. A l’opposé, notre candidat sera tenu de respecter tout le programme et rien que le programme, tant au niveau de ses discours que de ses actes pré- et post-électoraux. Le parti sera le garant du respect de cette obligation, conséquence concrète de la prédominance du programme sur le candidat.

3. Sur la structure du programme : Le programme est de nature principielle, c’est à dire que toute mesure concrète qu’il préconise doit obligatoirement respecter  ou découler logiquement de l’un des principes qu’il énonce dans son préambule. Cette caractéristique s’oppose radicalement à la plupart des programmes présentés dans le concert politicien qui sont généralement de nature aléatoire, majoritaire oligocratique, ou même monocratique la plupart du temps. Ces programmes aléatoires sont souvent agrémentés de la mention de pragmatisme, supposée plus vertueuse que celle de dogmatisme, dont le programme principiel peut éventuellement être taxé.

4. Sur l’amendement du programme : Avant d’être validé, et donc d’être diffusé publiquement par l’intermédiaire du(des) candidat(e)s, la première version (V1) du programme sera éventuellement amendée durant une phase de débat interne répartie sur 3 mois (soit jusqu’au 31/12/2020), sans toutefois que sa nature principielle puisse être remise en cause, celle-ci constituant un pré-requis constitutif de notre identité. Il est à noter que le fait que l’option principielle ne puisse pas être remise cause, ne signifie nullement que les principes énoncés dans la première version (V1) du programme ne puissent être eux-mêmes modifiés dans une version ultérieure.

5. Sur l’attractivité publique du programme : en tant que lanceur d’alerte notre objectif premier est de signifier aux citoyens que le modèle économique basé sur la croissance, via le système capitaliste, mis en place depuis 200 an  est sans avenir du strict point de vue des lois de la physique, et indépendamment de tout raisonnement politique ou idéologique. De ce fait, la prise de conscience que nous cherchons à faire émerger est celle de l’inéluctabilité du déclin économique et de la nécessité d’accompagner ce déclin par la construction d’un système politique, et notamment d’un corpus législatif, susceptible de faire durer le plus longtemps possible la trajectoire descendante vers l’amenuisement total et final des ressources non renouvelables. Notre discours doit donc être un discours de vérité et pas de séduction électorale. De ce fait, nous devons rejeter toute tentation d’inscrire, ou de modifier une mesure programmatique, au prétexte qu’elle aurait plus de chance d’être acceptée par l’opinion publique ponctuelle. Nous devons rester insensible aux critiques taxant notre programme de “théorique”, cette critique voulant, en réalité, signifier que notre programme n’est pas assez “marketing politique”. Une autre critique similaire que nous aurons à combattre est celle de “pas faisable”, qui vise également à stigmatiser le “peu de chance de recueillir des suffrages dans l’immédiat”.

Concrètement, les réunions prochaines, chaque jeudi à 19h, auront pour objet l’analyse critique du Programme pour une société de l’après croissance, en commençant par le commencement, c’est à dire par  les douze principes fondateurs, qu’il sera nécessaire de valider/amender avant d’aller plus avant dans le détail du programme.

Pour y participer, il suffit de s’inscrire par ce formulaire. Les inscrits recevront un lien et code leur permettant d’accéder directement à la salle virtuelle, qui vaudra de façon permanente pour toutes les séances de la saison 2020/2021.

Podcast audio de la réunion  du 01/10/2020

Ce contenu a été publié dans Textes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Compte rendu de la réunion du 1er octobre 2020

  1. RUCK dit :

    pas pu y assister …hélas d’autres contingences
    bon résumé et accord sur fondements
    CDLT
    JLRuck

  2. pasquinet dit :

    pas pu y assister.
    Jluc P.

Les commentaires sont fermés.