4ème principe : L’égalité des chances – 5ème principe :   La solidarité

Présentation vidéo des 13 principes du préambule au programme constitutionnel “Demain La Décroissance” – 4ème principe : L’égalité des chances – 5ème principe :   La solidarité

Texte de la vidéo : 4ème principe:  L’égalité des chances

Qu’est ce que l’égalité ? Dans la constitution actuelle il en va de l’égalité comme de la liberté pour ce qui concerne son acception qui datent elles aussi de la révolution de 1789 c’est à dire de l’égalité de tous devant la loi. Or il est évident que cette égalité minimale est loin d’être suffisante pour mettre en place une société juste et équitable. Les disparités de revenus entre les individus ont largement remplacé voir supplanté les privilèges aristocratiques de l’ancien régime et il convient aujourd’hui de donner un autre sens à l’égalité que la seule égalité devant la loi. Nous voulons parler de l’égalité des chances, notion qui est bien entendu totalement absente des textes constitutionnels actuels. Cette égalité des chances ou, plus exactement, cette égalité des « conditions d’accession à un revenu suffisant » fait partie des lignes directrices fondamentales de notre nouvelle constitution. L’égalité des conditions d’accession à un revenu suffisant qui définit l’égalité des chances n’est pas synonyme d’égalité de revenus, notion qui ramène aux idéologies dites égalitaristes. A défaut d’être acceptable, le processus de création de différences de revenus entre les citoyens mise en oeuvre au cours de leur existence par le fait exclusif d’efforts plus intenses, de durée de travail plus longue, d’expertise plus avancée ou de prise de risque plus grande, ce processus ne doit pas être combattu par le contrat social.

Ce principe d’égalité des chances tel qu’il est défini doit être mis en place principalement par un mode de transmission du patrimoine et par un système d’enseignement, tous deux réellement égalitaire. Au principe minimal d’égalité de tous devant la loi, la constitution nouvelle ajoute et inscrit celui d’égalité des chances. C’est le quatrième point de rupture avec le système actuel

5ème principe:  La solidarité

La solidarité est une valeur complémentaire de la liberté et de l’égalité. Elle intervient pour soutenir les individus en difficulté. Dans la constitution actuelle le mot fraternité n’est cité que trois fois et le mot solidarité une seule fois. Dans la déclaration des droits de l’homme, aucun des deux mots n’est cité. Nous voyons donc que la fraternité troisième composante de la trilogie nationale « liberté égalité fraternité » est encore plus mal représenté que ses deux autres consoeurs dans le texte constitutionnel actuel. Comme pour les deux autres notions il semble que le législateur est jugé inutile de définir le concept dans le but certain que sa seule affirmation allait permettre de valider le contenu social de la constitution. Par ailleurs le terme fraternité nous semble quelque peu ambigu par son côté émotionnel, voire restrictif par son côté familial. Penser que l’entrée dans tous les hommes se justifie par le fait qu’ils seraient tous frères renvoit l’individu au stade tribal alors que le propos est de définir un comportement issu de la vie en collectivité civilisée. De ce point de vue le terme solidarité nous a paru plus adapté par le fait qu’il renvoit au corps social tout entier et non pas à la seule composante de liens sanguins entre les individus. Quoi qu’il en soit, nous considérons qu’il est trompeur de se prétendre fraternel ou solidaires si on ne sait pas exactement quelles sont les caractéristiques de cette fraternité ou de cette solidarité. Dans la constitution nouvelle, l’état doit organiser une solidarité nationale mais en la subordonnant toujours à une contrepartie. C’est ainsi que des établissements dénommé « Ateliers Nationaux » ont pour vocation d’accueillir tout citoyen temporairement ou durablement en difficulté afin qu’il puisse générer des revenus suffisants pour assurer sa subsistance. Ces ateliers nationaux fournissent un hébergement une nourriture et un pécule en contrepartie d’un travail adapté.

En conclusion, notre constitution nouvelle affirme que : 1. la solidarité est une valeur complémentaire de la liberté et de l’égalité 2. elle a pour mission de soutenir les individus en difficulté 3. l’état doit organiser une solidarité nationale par l’intermédiaire d’établissements spécialisés en la subordonnant toujours à une contrepartie. C’est le cinquième point de rupture avec la constitution actuelle

Rappel récurrent  : Le mouvement “Demain La Décroissance”considère que la décroissance de notre système économique est inéluctable. C’est pourquoi notre mouvement propose propose un cadre politique afin que notre société puisse mettre en œuvre sa capacité de résilience dans des conditions optimales et construire son déclin en se préservant de l’effondrement. Ce cadre est exposé dans un programme global impliquant un certain nombre de modifications législatives, tant au niveau des codes juridiques, qu’au niveau de la constitution elle-même. Il est fondé sur une hypothèse fondamentale et 13 principes directeurs qui constituent autant de ruptures avec le système actuel.

Appel à volontaires pour démarcher les parrainages : L’objectif du mouvement demain la décroissance est de faire en sorte que ce programme pour une société de l’après croissance soit présenté lors de la prochaine élection présidentielle de 2022 par la voix d’un candidat désigné est soutenu par nous et dans le cadre d’un mandat impératif. Nous lançons dès aujourd’hui un appel à tous les citoyens intéressés et motivés par notre démarche afin qu’ils se portent volontaires pour aller solliciter des promesses de signatures auprès des maires et élus de leurs localités avoisinantes. Nous invitons chaque sympathisant à nous contacter en envoyant un courriel à l’adresse  contact@demainladecroissance.com et en indiquant simplement « volontaire 500 signatures ». Nous vous contacterons alors par retour pour plus d’informations et vous proposer un mode d’action. A bientôt et vivement la décroissance !

Ce contenu a été publié dans Textes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.